L'Orbea Enduro Team aux EWS : deuxième round !

29 March 2018

  • VTT
  • Ride Fight Win

Publié par Orbea

L'Enduro World Series en Colombie est devenue la course la plus singulière dont on se souvienne jusqu'à présent, avec un parcours dans les rues de Manizales, ainsi que plusieurs étapes disputées dans la forêt tropicale qui entoure la ville. La boue et la pluie n'ont pas manqué au rendez-vous et ont mis les coureurs l'épreuve pendant une autre journée passionnante.

Becky Cook a été la mieux classée de l'Orbea Enduro Team dans la catégorie pro en entrant dans le Top 10 de la compétition avec une 10e place au classement général. Elle a terminé les deux dernières épreuves à la 17e et à la 8e place. La victoire finale est revenue à la Française Cécile Ravanel.

Par ailleurs, le jeune Javier San Roman a obtenu une fantastique 6e place dans la catégorie des moins de 21 ans et était enthousiaste après une course très difficile. « C'était fou : je n'ai jamais vu autant de boue en même temps ! Et ce résultat me rend extrêmement heureux », a déclaré Javier, qui se trouvait en bonne forme physique et a démontré qu'il était prêt pour la compétition de haut niveau avec les meilleurs de sa catégorie.

Par ailleurs, Gabriel Torralba, actuel champion d'Espagne d'Enduro, a fini la compétition à la 47e place, après une course qui lui a permis de continuer à engranger de l'expérience sur deux roues. Chez les hommes, le vainqueur a été l'Australien Sam Hill.



La première étape des Enduro World Series en Colombie s'est déroulée dans la commune d'Alcaldia de Manizales. Samedi, les coureurs ont affronté un circuit de DH urbain de 1,15 km dans le centre de Manizales, combiné avec un tronçon en forêt dans la forêt populaire El Prado.

Notre coureuse, Becky Cook, a atteint la meilleure place au classement avec une 12e position largement méritée. Elle a franchi la ligne d'arrivée un peu plus de 6 minutes après la première coureuse. La coureuse britannique conserve sa place parmi les dix premières, démontrant ainsi son talent de cycliste hors pair.

Gabriel Torralbaactuel champion d'Espagne d'Enduro, a fini cette première journée de course en 57e position. À vingt ans, le cycliste de Riglos, en Aragon, continue à accumuler de l'expérience et à démontrer qu'il a sa place parmi les meilleurs coureurs du monde.



 

Preview: L'Orbea Enduro Team aux EWS : prêts pour le deuxième round !

Avec très peu de temps pour assimiler les leçons apprises lors de l'Enduro World Series du Chili, voici déjà le deuxième round, que l'on prévoit encore plus intense et passionnant : la Colombie accueille pour la première fois les EWS. Plus concrètement, c'est la localité d'Alcaldia de Manizales qui deviendra du 31 mars au 1er avril la capitale mondiale de l'enduro à l'occasion de l'événement sportif de VTT considéré par la presse colombienne comme le plus important de l'histoire du pays du café.

Nous retrouverons sur la ligne de départ Becky Cook, Gabriel Torralba et Javier San Román, alors que Thomas Lapeyrie poursuit sa préparation pour son retour lors des EWS de France. Ils sont tous prêts à améliorer les résultats obtenus au Chili, en particulier le magnifique Top 10 obtenu par la coureuse britannique.

Cette fois-ci, les coureurs auront à affronter un parcours inédit dans les Enduro World Series, divisé en plusieurs parties : la journée du samedi comprendra un circuit de DH urbain de 1,15 km dans le centre de Manizales, combiné avec un tronçon en forêt dans la forêt populaire El Prado. Le dimanche, le parcours sera entièrement montagneux : un tracé de 40 km avec 7 tronçons chronométrés dans la zone rurale qui entoure la ville, avec des altitudes pouvant atteindre 2 400 mètres.

La première course : des émotions à fleur de peau

Puisque nous parlons de « premières fois », ce sont les coureurs les plus jeunes de l'équipe, Gabriel Torralba et Javier San Román, qui sont les mieux placés pour nous raconter à la première personne ce que l'on ressent en participant à une épreuve des EWS. Ils nous diront également ce qu'ils attendent de ce nouveau rendez-vous de la compétition d'enduro la plus importante du monde.




Pour notre rookie, Javier San Román, les EWS du Chili étaient les premières, et, même s'il a été obligé d'abandonner le premier jour suite à des problèmes mécaniques, il avoue qu'en débutant dans une course des Enduro World Series « c'est un rêve qui se réalise » : « C'est incroyable le nombre de fans qui suivent ces courses. Les circuits sont rapides et techniques, nous nous mesurons aux meilleurs du monde, le séjour avec l'équipe a été génial... ».

« On est nerveux, curieux, avec l'envie de tout faire bien », affirme Gabriel, qui a déjà de l'expérience dans les Enduro World Series dans la catégorie des moins de 21 ans, mais qui débutait au Chili dans la catégorie élite : « Ce sont des épreuves beaucoup plus dures que les épreuves nationales, la différence est incroyable : depuis un an, j'ai l'impression que chaque épreuve des EWS est plus difficile que la précédente et en plus je suis chaque fois mieux préparé... », souligne-t-il.




Et c'est vrai qu'au Chili, les parcours étaient purement antigrip, ce qui a exigé de nos coureurs la mise en œuvre de toute leur habileté technique. Certains coureurs de l'Orbea Enduro Team étaient prévenus, car comme le dit Gabriel, « aujourd'hui, avec les vidéos et les réseaux sociaux, on peut se faire une idée assez réaliste de ce qui nous attend ».

Leçons apprises pour la Colombie

Pour affronter l'épreuve de Colombie, il faut mettre en pratique les leçons apprises dans les descentes poussiéreuses de Lo Barnechea. Pour Gabriel, le champion d'Espagne actuel d'Enduro Scratch, ce qui est fondamental, c'est la constance : « Ne jamais abandonner, toujours se battre jusqu'au bout », explique-t-il. En ce qui concerne les changements au niveau du setting de son Rallon, Gabriel indique qu'il « pense changer les pneus, car il peut très bien y avoir de la boue ». L'objectif du coureur de l'Orbea Enduro Team sera d'entrer dans le Top 50, une position qu'il n'a pas pu atteindre à 30’’ près dans la première manche des EWS.

Par ailleurs, Javi San Román, le champion actuel de l'Open d'Espagne Enduro (Scratch), est conscient que « qu'il reste beaucoup à faire ». À Alcaldia de Manizales, il essaiera « d'assurer dans les descentes et de bien finir la course ». « Keep going », le besoin de lutter à fond sur chaque tronçon, voilà sa devise.




Les coureurs de l'Orbea Enduro Team disposeront une fois de plus d'un matériel excellent pour affronter un parcours qui devrait s'avérer encore plus difficile en raison de la météo: Fox, ENVE, POC, Rotor, MaxxisGalferCrankBrothersSelle Italia, Vaude, Morgan Blue, One Up, Slicy and Clif Bar apportent cependant les outils nécessaires pour affronter toutes les situations avec toutes les garanties.

Vous pouvez suivre toutes les péripéties de nos coureurs lors de la seconde épreuve des EWS sur les réseaux sociaux de l'Orbea Enduro Team (Facebook / Instagram) et sur orbea.com

d'autres posts